UN JUIF POUR L’EXEMPLE

27
Fév
UN JUIF POUR L’EXEMPLE
CHF
20:30 vers 21:30
27-02-18

Théâtre
conseillé dès 12 ans
durée : 1h15

Un juif pour l’exemple
De la compagnie Tards, d’après un texte de Jacques Chessex.

Mise en scène: Miguel Fernandez-V
Joué par: Thierry Roland

Après avoir remporté un joli succès au festival d’Avignon, Un juif pour l’exemple fait escale au théâtre de Grand-Champ. D’après le texte de Jacques Chessex qui relate une période sombre de l’histoire de la Broye, Miguel Fernandez-V en tire un moment fort porté par Thierry Roland. Vous, public, serez poussés à prendre position, à vous questionner en tant que spectateur de ce procès.

Résumé
1942. Payerne, petite bourgade de Suisse. Un groupuscule nazi entraîné par un pasteur protestant décide de faire un exemple. Tuer un Juif ! Un acte d’une cruauté sans commune mesure, d’une stupidité incompréhensible. Au pays de la Croix-Rouge, des hommes en ont assassiné un autre au nom d’une idéologie brunâtre. Le roman de Jacques Chessex (prix Goncourt, grand prix de l’Académie française) au-delà du fait divers qu’il relate, donne à prendre conscience que ce genre d’acte atroce peut se produire n’importe où et n’importe quand, fondé sur n’importe quel principe, dans n’importe quel cadre extrémiste.

 

Au-delà de ce récit, s’inscrivent dans nos mémoires, comme dans nos actes de vie, le rejet de tout appel à la haine de l’autre, de la stigmatisation de la race, de la religion ou de la pensée, des crimes délibérément commis au nom d’une idéologie. Cette histoire est une histoire terriblement actuelle.

Inspiré par le roman de Chessex, cette création placera le public au sein d’un tribunal. Il assistera à la fin d’un procès, celui qui fut intenté contre les meurtries de Payerne. Seul, face à lui, se dressera le Procureur, qui en tant que représentant et défenseur de la loi, c’est à dire de l’État, c’est à dire de la Société, c’est à dire des valeurs qui permettent aux femmes et aux hommes de cette Société de vivre ensemble, demandera à chaque personne présente qu’en son âme et conscience, elle prenne position, qu’elle condamne les meurtriers. Ou non.

« Du glaçant récit de Chessex, Miguel Fernandez-V tire un développement oratoire fidèle, qu’il confie à Thierry Roland, irréprochable dans le rôle du Procureur. »
Tribune de Genève – Katia Berger

+ d’infos

 

Pour en savoir plus :http://www.unjuifpourlexemple.ch/

Carte en cours de chargement